Coronavirus : message de Philippe Goujon, Maire du 15e

Conseil d’arrondissement du lundi 11 mai 2020

Rapport d’activité de la Mairie du 15ème contre le COVID 19 présenté par Philippe GOUJON


Il est impossible de débuter une telle intervention sans une pensée émue et attristée et sans s’incliner devant les milliers de victimes du Covid 19, dont on peut redouter qu’il inaugure une ère de pandémies et espérer que ses enseignements permettront de l’endiguer.


C’est aussi dans cet esprit qu’on ne rendra jamais assez hommage à ceux de la première ligne, personnels soignants au sens large, dont la prise de risque face au virus force l’admiration et aussi à ceux qualifiés de « premiers de corvée », assurant les missions de services publics indispensables ou fournissant des prestations essentielles aux habitants, individus, entreprises ou associations permettant aussi le maintien du lien social, si important pour la cohésion de notre société.


Au-delà du drame que représente cette crise sanitaire d’une ampleur inégalée, elle aboutira sans doute à réformer nos modes de vie et de pensée, comme l’organisation de notre société et des services publics.


Il sera temps, le moment n’est pas encore venu, d’en faire le bilan, non pas pour mettre en cause tel ou tel, mais bien pour mieux nous préparer à faire face aux crises multiformes de l’avenir ;


                                                                          X                                                                         


                                                                        XXX


Les maires d’arrondissement, avec leurs trop maigres pouvoirs, ont dû se transformer du jour au lendemain en chefs de Covid-centers !


Même s’ils ont pu bénéficier de l’appui des administrations, notamment municipale et régionale, leur proximité du terrain et leur capacité d’initiative auront été indispensables pour assister les populations dès le début de l’épidémie.


                                                                          X


Dès la propagation de l’épidémie, les pouvoirs publics ont mis en place des plans de continuité d’activité, qui se déclinent également à l’échelon parisien comme dans les arrondissements, permettant d’assurer les missions essentielles que sont l’état-civil, la collecte des ordures ménagères et le nettoyage des rues, la sécurité de l’espace public, l’accompagnement des personnes âgées et en situation de handicap, l’aide sociale à l’enfance, mais aussi l’ouverture de crèches, d’écoles et de collèges destinés aux enfants des personnels de santé, des policiers et des pompiers ainsi que des commerçants alimentaires dans les centres de loisirs.


Sur 55.000 agents municipaux, 8000 travaillent et tous bénéficient des mesures de protection nécessaires à l’accomplissement de leurs missions.


Tous  les agents ont été placés soient en confinement soit en télétravail, à l’exception d’un nombre très restreint de fonctionnaires de la direction des services et de collaborateurs du Cabinet, qu’on ne remerciera jamais assez, autour de mon Directeur de Cabinet présent 7 jours sur 7 et de la DGS.



J’ai par ailleurs mis en place à la Mairie du 15e autour de moi une équipe restreinte, joignable 7j/7 de 8h à 20h sur cabma15-contact@paris.fr, chargée de suivre au jour le jour l’évolution des dispositions prises par l’État et leur mise en œuvre à l’échelon local, en étroite coordination avec la Maire de Paris et son équipe, le préfet de police, le préfet de région et le Directeur Général de l’Agence Régionale de Santé avec lesquels nous échangeons quotidiennement.



Vous le savez pour y participer, j’ai tenu chaque jeudi à 18h une audioconférence avec les élus, les chefs des services déconcentrés et le commissaire du 15ème.


Dès la mise en œuvre des mesures de confinement, le 17 mars dernier, j’ai également souhaité informer nos concitoyens directement par l’envoi d’une newsletter quotidienne qui leur fournit l’essentiel des informations utiles (éducation, solidarité, déplacements, sécurité, vie économique,…), mais aussi la communauté médicale, forte dans notre arrondissement de 2.300 membres, avec laquelle j’échange deux fois par semaine par voie électronique mais aussi par voie postale, grâce à un partenariat privilégié que nous avons pu nouer avec la direction parisienne de la Poste.



                                                                          X


                                                                        XXX


 

Dans l’arrondissement, j’ai souhaité prendre un certain nombre d’initiatives au-delà des dispositions nationales et municipales qui s’y appliquent. Vous les découvrirez ci-dessous.



La chaîne de solidarité sanitaire mise en place mi-mars dans le 15e ne cesse de se renforcer. Et en premier lieu le soutien à la communauté médicale, conduit en partenariat avec la Ville de Paris, l’association de préfiguration de la Communauté Professionnelle Territoriale de Santé du 15e, l’Ordre des Médecins et l’Ordre des Pharmaciens.




La Mairie du 15e a lancé au tout début de la période de confinement une campagne d’appel aux dons de matériel de protection qui a aussitôt porté ses fruits. Pour n’en citer que deux : 1 500 masques ont été donnés par la société EOS et le Mac Donald du parc des Expositions a livré 300 tabliers et 200 paires de gants. Ces dons s’ajoutaient aux matériels de protection récupérés de la Caisse des Écoles.



Dès la mi-mars, la Mairie du 15e s’est très vite transformée en base logistique, afin d’y accueillir des dons de toute nature et des livraisons commandées par la Mairie du 15e issues de fournisseurs agréés par les autorités sanitaires. Les équipements de protection (gel, gants, masques, blouses, charlottes…) recueillis sont ainsi distribués aux personnels de santé se présentant en Mairie munis de leur carte professionnelle 7j/7.


 

Plus de 1.200 professionnels bénéficient déjà, chaque semaine, de ces équipements indispensables.


 

La région Ile-de-France, et il faut en remercier Valérie Pécresse,  nous apporte un appui considérable : le 3 avril, 50.000 masques FPP1 nous ont été offerts et intégrés aux kits et le 10 avril, nous avons de nouveau perçu 80.000 masques FPP1 livrés directement aux 80 pharmacies, afin de mieux doter encore les médecins de ville, infirmiers, les Covid Centers, les aides à domicile mais aussi les malades faisant l’objet d’une prescription médicale. Le 21 avril, nous avons encore reçu 35.000 masques distribués à plus de 1.100 commerçants les 19 et 20 avril puis les 27 et 28 avril en même temps de masques-visières produits dans notre fablab, Le 29 avril, nous avons reçu 25.000 masques de la région qui ont été distribués à environ 500 vétérinaires parisiens.



L’Ordre des Médecins de Paris a offert 2.500 masques FFP1 à destination des  personnels des EHPAD de l'arrondissement.



Je voudrais aussi remercier les autorités chinoises pour un don de 25.000 masques FFP1 au 15ème.



La Direction des Affaires Sociales de la Ville, qui approvisionne les établissements sociaux, médicosociaux et les structures grande précarité/usagers de drogue qui lui sont rattachés, a déjà distribué 1 million de masques. Deux autres distributions sont programmées les 20 et 21 avril.


 

La salle des fêtes de la Mairie s’est transformée depuis début avril en fablab équipé de 20 imprimantes 3D professionnelles gérées par 70 étudiants bénévoles d’écoles d’ingénieurs du 15e qui se relayent pour produire quotidiennement 350 masques-visières à haut niveau de protection, destinés aux personnels soignants en contact permanent avec les malades gravement atteints (hôpitaux Pompidou et Necker, EHPAD, cabinets médicaux), et 400 masques-visières destinés aux professionnels en contact avec le public (centre médico-sociaux, pharmacies, aides à domicile, caissier(e)s de supermarché…).



Depuis la mi-avril, la Mairie accueille un atelier de couture pourvu d’une centaine de couturières bénévoles, afin de réaliser des masques en tissu lavables et réutilisables répondant aux normes de l’AFNOR. Trente machines sont implantées en salle des fêtes et un réseau de soixante couturières à domicile s’active quotidiennement. Ces masques en tissu sont  distribués depuis samedi jusqu’à mardi, aux 32.000 habitants âgés de plus de 70 ans, complétés par un achat de 25.000 masques auprès d’un atelier.



La Mairie centrale, après avoir livré 53.000 masques en tissu à usage unique, nous a demandé de les réserver, car ils n’étaient pas satisfaisants et 25.000 masques FFP1 nous ont été livrés en remplacement.



Par ailleurs, de nombreux habitants, que nous avons sollicité, déposent depuis des semaines draps et vêtements en coton qui sont découpés et transformés en masques.



Plusieurs centaines de blouses et de surchaussures sont également cousues et offertes aux hôpitaux Necker et Pompidou ainsi qu’aux personnels soignants.



Un dispositif innovant de téléconsultation au domicile de patients isolés a été imaginé par une start- up du 15è fin mars et la Mairie a ouvert dans son annexe  rue Lecourbe un centre ambulatoire de dépistage du Covid-19 pour les personnels soignants et les personnes fragiles, ainsi que quatre « drive », dans le Parc des Expositions et dans des locaux privatifs,  en lien étroit avec l’ARS, la DASES et la préfecture de police.



Nous nous préparons à faciliter l’ouverture de nouveaux centres, notamment dans des gymnases permettant de réaliser des tests sérologiques. 



Un centre de collecte du sang a ouvert le 22 avril en partenariat avec l’Établissement Français du Sang, avec une centaine de donateurs du 15ème.  Une prochaine opération sera organisée en juin.



La chaîne solidaire qui soutient le personnel soignant des hôpitaux et cabinets médicaux du 15e assure aussi la collecte de crème pour les mains et le visage et la préparation de plats « faits maison ».



La Mairie du 15e a offert plus de 2.000 masques FFP1 et masques-visières aux gardiens des bailleurs sociaux et aux syndics privés en ayant demandé.



Nous avons rejoint le consortium 3D4Care (Universités de Paris et de Sorbonne Paris Nord, Centrale Supélec, Paris-Saclay…) pour qui nous fabriquons   des masques-visières à haut-niveau de protection pour les hôpitaux de Paris Sud et des villes limitrophes (Boulogne Billancourt, Vanves, Bagneux, Antony…)


L’une des grandes satisfactions de ce triste épisode de confinement a été le formidable élan de solidarité entre nos administrés. À chaque fois que nous avons lancé un appel, nos concitoyens ont répondu présent : pour faire fonctionner nos imprimantes 3D, pour nous livrer du tissu, rouleaux neufs comme vieux draps, pour accueillir les familles modestes venues chercher leurs paniers solidaires, pour aider les jeunes décrocheurs à faire leurs devoirs, etc. Au total plus de 700 habitants que nous avons mobilisés et que nous convierons à l’automne pour les en remercier, comme nous remercions Viparis, Daunat, l’Ordre de Malte, le dentiste de la Place du Commerce, Macdonald’s, Casino, Phénix, Salon de thé Angelina, EOS, la pharmacie Baruc, Orange, Intermarché Nanteuil, Franprix, Sodebo, Nestlé, Letmeknow, l’Hôpital Corentin Celton, la Pharmacie Félix Faure, Sub de Pub, IPAG, ENSAAMA, ECE.



Ils ont notamment contribué à l’aide aux personnes fragiles et isolées.



Une grande campagne de solidarité a ainsi été lancée en partenariat avec les Voisins Solidaires, la régie de quartier et le ministère de la Cohésion des Territoires. Vous avez d’ailleurs été nombreux à relayer ce mouvement en distribuant plus de 12.000 flyers dans les boites aux lettres des grands ensembles immobiliers sociaux et les résidences privées importantes.



De nombreuses associations (Paris en compagnie, les Petits Frères des Pauvres, Protection Civile, etc) ont renforcé leurs dispositifs d’écoute et d’intervention.



La Mairie du 15e a acheté une soixantaine de tablettes numériques pour les EHPAD, permettant aux résidents de rester en contact avec leurs familles, ainsi que pour les associations dispensant du soutien scolaire aux enfants de familles fragiles.



Un concours de dessins intergénérationnel à destination des résidents des EHPAD Huguette Valsecchi et Anselme Payen a été organisé auprès des écoliers de l’arrondissement permettant à des dizaines de seniors de garder le lien avec l’extérieur.



La Mairie du 15e a sollicité les directeurs des établissements d’enseignement supérieur pour mobiliser les étudiants  pour diverses actions, comme celle des étudiants de l’École de kinésithérapie qui font du portage de repas à domicile.


Tous les clubs de prévention ont stoppé leurs interventions de rue, mais les directions et éducateurs du Pôle 15 restent présents auprès des jeunes et maintiennent un lien numérique avec eux.



La Caisse des Écoles propose aux familles les plus démunies du 15e des aliments de longue conservation afin de garantir la confection de repas. 260 familles d’élèves demi-pensionnaires au tarif T1  bénéficient d’un panier repas distribué en collaboration avec les services sociaux et la Croix Rouge depuis le 23 avril 2020. Une équipe de cantinières volontaires produit quotidiennement 2300 repas pour 2 associations caritatives, dont le centre Suzanne Kepel.



Un partenariat a été organisé avec le groupe Casino qui donne à la Mairie du 15è les invendus des Franprix de Paris pour les associations caritatives.



Depuis mardi 24 mars, plusieurs centaines de personnes précaires ont bénéficié du dispositif en collaboration avec l’Ordre de Malte qui organise 2 maraudes quotidiennes.



Le Diocèse ouvre des lieux de distributions alimentaires dans 4 paroisses du 15ème.



Depaul a ouvert sa permanence proposant du café, des lessives, douches et distributions de kits hygiène.



Accueil 15 reste ouvert 2 jours par semaine pour une vingtaine de bénéficiaires pour prendre une douche, laver son linge, accéder à un ordinateur, partager un casse-croûte.



Le Foyer de Grenelle assure deux ouvertures.



La Ville ouvre des points ressource pour les personnes à la rue.



L’impact de la crise sanitaire que nous traversons est également économique et social. Un dispositif a rapidement été mis en place par l’État et la région Ile-de-France et la Ville.



Le gel des loyers commerciaux perçus par la Ville et ses bailleurs a été acté, mais aussi le gel des droits de terrasse, étalages, devantures et  des redevances.



Le 15e s’est cependant  attaché à diffuser massivement les informations en lien permanent avec les associations de commerçants et a également organisé une web-réunion avec deux avocats fiscalistes, destinée aux commerçants et aux TPE.



Dès la fermeture des marchés alimentaires tout à fait regrettable, le 15e a fait en sorte que des maraîchers puissent vendre leur production en ligne et la distribuer sous la forme de paniers à récupérer au siège de la Régie de Quartier. Plus de 200 paniers sont désormais récupérés chaque jeudi et chaque dimanche par des habitants.



Une aide a été apportée à « La Ruche qui dit oui » et à « Nature Urbaine » à qui la Mairie s’est ouverte pour écouler la production des fruits et légumes bio vendus récoltés sur le toit du pavillon 6 du Parc des Expositions.



Nous avons également organisé trois très grosses opérations de Paniers Solidaires en lien avec la Mairie centrale et le délégataire  Dadoun qui ont permis de distribuer à prix modique 2.500 paniers à des foyers modestes du 15e.



Après les personnels soignants, près d’un millier commerçant ont été dotés de masques-visières fabriqués dans le FabMask de la Mairie du 15e et de masques FFP1 offerts par la région, lors de quatre permanences. Nous avons également servi une soixantaine de supermarchés qui ont reçu près de 800 masques-visières. En tout, ce sont plus de 5.000 salariés qui ont été équipés.



                                                                          X


                                                                        XXX



Beaucoup a été fait, certes, mais si j’ai pris cet exemple de l’action de la Mairie du 15ème, reproductible dans les autres, c’est pour démontrer que la Mairie de Paris doit décentraliser bien davantage aux Maires et dans tous les domaines de l’action publique.



Cette crise aura, en effet, révélé de manière criante un besoin de décentralisation à tous les niveaux, seule de nature à actionner les réseaux d’initiative locale, plus efficaces pour répondre à l’imprévisible en rappelant la prise de décision des citoyens.



Ainsi la campagne de test dans les EHPAD, notamment privés et associatifs aurait pu être plus rapide, comme les aménagements à y réaliser et les résidences services publiques et privées être testées en même temps.



Le dispositif expérimental d’hébergement en hôtel COVISAN, judicieux, devrait être étendu dès maintenant à l’ensemble de la capitale.



Alors que l’économie est à terre, c’est sur ce plan que des mesures plus fortes sont attendues, telle la réouverture des marchés qui a été trop tardive.



J’exhorte la Maire de Paris à ne pas attendre le Conseil de Paris de fin juillet, dans plus de 2 mois, pour présenter son plan de relance, complétant les mesures utiles déjà décidées.



Dès le Conseil de Paris du 28 avril, j’ai proposé l’exonération des taxes et impôts locaux jusqu’au 31 décembre des commerces et TPE, comme l’ont fait Nice, Nantes et Toulouse et comme devrait le faire aussi l’État, faute de quoi beaucoup disparaîtront.



J’en profite pour appeler les candidats à la mairie de Paris à geler toute hausse des impôts locaux pendant la prochaine mandature, afin d’écarter leur effet récessif.



Quand on sait le rôle du tourisme à Paris, première destination mondiale, on ne peut que recommander un plan de soutien exceptionnel au secteur vital de l’hôtellerie-restauration, dont je souhaite qu’il rouvre très vite, de l’évènementiel et du culturel – les petits théâtres se meurent – en complément de celui de l’État et là aussi jusqu’à la fin de l’année. Les restaurateurs pourraient être autorisés à accroître temporairement la surface de leur terrasse.



Les bailleurs sociaux et les grandes foncières ayant exonéré de loyer les commerces pour mars et avril, cette mesure, indispensable, devrait être prolongée encore quelques mois et être éventuellement complétée par une adaptation des loyers ultérieurs à la situation de l’entreprise.



Quant aux locataires individuels des bailleurs sociaux, la Ville pourrait créer un Fonds de Garantie afin d’échelonner  leur loyer et exonérer de CLS ceux qui pâtiraient d’une chute de revenus.



Bien d’autres questions se posent : je ne peux les aborder toutes.



Je tiens à remercier les agents, les services et l’entreprise Pizzorno de  collecte des ordures ménagères,  pour avoir continué à exercer les missions essentielles, qui ont permis au 15ème de fonctionner, même en mode dégradé et également la Mairie de Paris pour nous avoir tenu informés quotidiennement de l’évolution de la situation. Même si nos propositions n’ont pas toujours été retenues, l’échange quotidien avec le 1er Adjoint et les Adjoints a néanmoins été très utile.



Les audio-conférences hebdomadaires avec le Préfet de Région, le PP et le Directeur Général de l’ARS ont complété utilement notre information et j’espère avoir pu en faire autant auprès de vous, chers collègues, lors de nos audioconférences du jeudi. Merci d’ailleurs aux élus qui se sont mobilisés pour participer à telle ou telle action municipale de soutien à la population, comme la distribution depuis samedi jusqu’à mardi de masques fabriqués en mairie ou achetés à 25.000 personnes âgées du 15ème.



                                                                          X


                                                                        XXX



Je voudrais néanmoins, quitte à être trop long, vous présenter encore le travail remarquable des équipes municipales dans notre arrondissement, même dans des conditions très difficiles, qu’ils en soient tous félicité. J’indiquerai aussi les plans de dé confinement.



Je commencerai par la situation dans les EHPAD, tant c’est là en général, que l’épidémie a fait des ravages. Peu dans le 15ème.



Un dépistage systématique a été pratiqué dans tous les EHPAD, parfois tardif et de nombreux renforts sont venus épauler les équipes en place en difficulté. Des aménagements ont été également réalisés et des règles strictes appliquées.


Le dé confinement sera  très progressif, encore beaucoup plus que le dé confinement « national », compte tenu de la fragilité des publics.


Il sera placé sous responsabilité médicale en fonction des établissements et de situations individuelles : règles communes  vis-à-vis des familles et des résidents.



Ces règles risquent bien sûr d’être, au moins au début, un peu déceptives car on ne peut imaginer de laisser rentrer toutes les familles, sauf à prendre le risque de faire repartir le virus. De même, si  certains résidents envisagent de sortir dans l’espace public, il est très probable que cette pratique soit interdite par l’ARS.


Nous allons par contre proposer dans les meilleurs délais des activités intra-muros en fonction du personnel présent.


Depuis le début du confinement, 60 tablettes numériques ont été offertes pour préserver le lien avec les familles et un concours de dessins intergénérationnel a permis aux personnes en EHPAD de recevoir des dessins d’élèves des écoles de regroupement. 


Ensuite, pour ce qui concerne le fonctionnement de la Mairie, celle-ci est restée ouverte au public  pour assurer les missions essentielles d’état civil : 14 agents volontaires se sont relayés par roulement une semaine sur deux avec un grand sens du service public ; ils ont également assuré des permanences exceptionnelles, afin de faire face au nombre croissant de décès au plus fort pic de l’épidémie. De 118, la semaine du 30 mars au 5 avril, nous sommes redescendus à 78.


Les mariages ne reprendront pas jusqu’à nouvel ordre sauf urgence à l’appréciation des Officiers d’état civil.


Nous avons pu compter également sur la présence également constante d’agents de la DPSP, et de deux ALG par roulement.


Les services « support » ont continué à fonctionner avec une grande efficacité, en télétravail et je tiens à souligner le travail du service de l’ESA qui a su avec une remarquable réactivité passer des commandes de fournitures très variées (tissus, gel hydro-alcoolique, machines à coudre)   qui a permis de mettre en place très rapidement un atelier de couture et un atelier de fabrication de visières.


Je tiens également à associer à ces remerciements, les ALG qui se sont relayés durant ces deux mois et qui ont aussi activement apporté leur contribution en allant chercher dans Paris et en banlieue, le matériel qui avait été commandé.


Par ailleurs, des dispositions innovantes ont été prises  afin d’assurer certaines missions telles que les demandes de dérogations scolaires et l’enregistrement des demandes de places en crèches


Je remercie les agents très sincèrement d’avoir assuré la continuité du service afin que la reprise puisse être abordée plus sereinement de ce point de vue- là. Ils continueront au-delà du 11 mai à télé-travailler pour les dérogations scolaires et les crèches.


Le secteur des crèches a également été innovant en privilégiant la dématérialisation de la procédure des demandes  afin de faciliter les démarches des usagers. 


La reprise de l’activité en Mairie se veut progressive.


Le télétravail est maintenu pour les services « supports ».


Un filtrage a été mis en place à l’entrée de la Mairie qui permet de gérer les flux du public et  limiter le nombre d’usagers reçus dans chaque service


Des mesures de protection des agents ont été mises en place : déploiement d’hygiaphones, des distributeurs de gel ont d’ores et déjà été installés dans les toilettes.


Pratiquement  tous les services ont rouvert  au public aujourd’hui, pour le service des titres d’identité ce sera demain et uniquement  sur rendez-vous.



L’activité du Commissariat s’est concentrée sur les missions de contrôle.


6618 personnes contrôlées/ 947 verbalisations, 19 individus placés en garde à vue (dont 17 déférés devant le Parquet) / 21 commerces verbalisés, notamment des bars.


Parmi les sites pour lesquels les policiers du commissariat du 15e ont été souvent amenés à intervenir figurent le secteur Balard avec notamment le Jardin blanc et le Jardin Citroën, le parvis de la Mairie, la dalle Beaugrenelle, la rue du commerce,  Falguière, Périchaux.


L'attention du commissariat a notamment été attirée sur les rassemblements réguliers sur des sites sportifs tels que les stades Charles Rigoulot ou Suzanne Lenglen.


En termes d'interventions de police secours, il a été constaté une augmentation majeure des sollicitations de policiers pour régler des différends familiaux (+ 98%).


En revanche, les violences conjugales enregistrent une baisse de 71%.


En termes de statistiques de la délinquance de voie publique, les évolutions sont favorables depuis le début de la crise. Pour les vols avec violence, la baisse est de 85%, tandis que les cambriolages baissent de + de 69%.


Les vols d'automobiles ont chuté de 64%, tandis que les vols à la roulotte ont baissé de 72%. La baisse est de 77% pour les dégradations de biens publics et de 18% pour les trafics.


Nous appréhendons cependant une hausse soudaine des faits constatés, notamment pour les cambriolages, à la fin du dé confinement.



La DPSP, qui disposait de 2 équipages quotidiens, se relayant de 7 h à 23 h, a opéré 6195 contrôles et 308 verbalisations. La moitié de ses effectifs a été mobilisée pour la reprise.


Avec 305 missions dont 132 interventions sur appel de locataires et 279 individus évincés, on observe une tendance à la hausse de l’activité du GPIS sur le 15è, les secteurs impactés restent les mêmes et les rondes reprenant de nouveau de 16 h à 4 h 30 : Lefebvre- Brancion – Périchaux/ Porte Brancion. Le bd Lefebvre le plus impacté de l’arrondissement.

-    Colonel Pierre Avia/Frères Voisin

-    Amiral Roussin/Croix Nivert



Il est dommage que le GPIS ait dû interrompre pendant 2 semaines ses patrouilles en raison du droit de retrait exercé par ses équipages.


La RATP a mis en place une équipe de sécurisation sur la ligne 12 et la station Vaugirard.





Le CASVP du 15ème a été l’un des 6 maintenus ouvert à Paris, regroupant les 7, 15, 16ème avec un effectif à 25 agents et recentrés sur des missions d’urgence : l’urgence alimentaire et financière,  personnes vulnérables, violences conjugales,  ruptures d’hébergements,  protection de l’enfance,  portage de repas et de  téléalarme.



L’effort a porté aussi sur la réponse téléphonique (3 agents en complément au  standard) 250 à 300 appels par jour.


 

Le CASVP  a mis en place une procédure d’urgence pour le traitement des admissions en EHPAD et les services funéraires de la Ville de Paris pour des personnes démunis ou totalement isolées.



Le 39 75 a été renforcé et les signalements arrivaient en flux tendu avec une procédure de transfert des signalements.



Le plan CHALEX a été activé (8.000 personnes âgées, dont 1.000 dans le 15ème) et a été étendu à 22.000 personnes âgées ou isolées appelées chaque semaine à Paris et est en extension à 15.000 personnes vulnérables supplémentaires.



Le télétravail a peu à peu été mis en place. À ce jour une proportion importante des agents peut rester à leur domicile en travaillant.



Un suivi personnalisé des résidents en résidences appartements a été fait  et une veille journalière de tous les établissements y compris  pour les résidences sans gardiens.



Aucun décès lié au COVID  et 3 cas signalés  sur le 15 dans les résidences  appartements.



Un plan de reprise  du CASVP 15 est en cours d'élaboration pour poursuivre un  accueil  du public  principalement consacré aux urgences.



Pour suppléer aux interruptions d’activité de plusieurs distributions alimentaires, notamment bénévoles et prendre le relai des associations, la collectivité, en lien étroit avec l’État, a été pleinement mobilisée.


Un travail a été réalisé en un temps record par les services de la Ville (CASVP) pour permettre le déploiement de plus de 17.000 repas délivrés chaque jour.



Une offre supplémentaire de tickets services est gérée par le Samu Social.



3 nouveaux centres de distribution ont été ouverts – les Grands Voisins (14è) pour le 15ème. Cette distribution s’appuie également sur la mobilisation du Diocèse qui distribue près de 3.000 repas : 4 paroisses dans le 15ème (ND de Nazareth, ND de la Salette, St Jean Baptiste de la Salle, St Léon, avec le soutien de l’association Aurore).



En lien avec l’Armée du Salut, des paniers repas sont remis à des partenaires associatifs qui en assurent la distribution.



Les 3 restaurants Émeraude du 15ème ont été mobilisés, des grands acteurs de l’aide alimentaire ont maintenu leur action comme les Restos du Cœur, rue d’Alleray que nous avons pourvu en masques et produits.



Pour compenser la suspension des cantines scolaires et les pertes de revenus, la Ville de Paris a décidé d’apporter un coup de pouce avec la Caisse d’Allocations Familiales pour les enfants parisiens bénéficiant habituellement des tarifs de cantines les plus abordables.



Grâce à un partenariat avec « Lulu dans ma rue », le CASVP prend en charge la livraison pour des personnes qui appellent le 3975.



Pour les familles précaires isolées, le CASVP propose la livraison gratuite de paniers repas.



Les épiceries solidaires Agoraé à destination des étudiants sur critères sociaux restent ouvertes.



874 commerçants parisiens se sont inscrits sur la cartographie proposée par la Ville de Paris sur son site internet paris.fr.



Un service de livraison à domicile dans l’ensemble de la capitale des produits des marchés parisiens est d’ailleurs proposé sur le site internet de la Ville depuis le 30 avril.



Plusieurs outils et services à des tarifs préférentiels sont à disposition des artisans et commerçants indépendants et de proximité pour les aider à poursuivre au mieux leur activité dans le respect des mesures sanitaires.



Après moult interventions de plusieurs maires, le PP et la Maire de Paris ont enfin accepté la réouverture de tous les marchés à partir de demain, dans le respect de règles sanitaires strictes.



Passons maintenant à l’action des services techniques sur l’espace public en commençant par la propreté.



Dès le 16 mars, la DT15 a mis en place un plan de continuité d’activité.




Cela s’est traduit concrètement par la fermeture de la déchetterie quai d’Issy et de l’espace Pasteur, de la fermeture des ateliers territoriaux de balayeurs, de la suppression du service de RDV pour les encombrants, des prestations dégrafittage et de désaffichage…



Seuls 4 ateliers sur 11 sont restés ouverts avec des effectifs diminués. Néanmoins, dès la fin mars, la DT15 a ouvert un atelier territorial à tour de rôle. Un peu plus de 35 éboueurs travaillaient sur le terrain.



La DT15 a donc fait le choix de mettre en place une nouvelle organisation du travail « orientée sur les plaintes ».



Cette nouvelle organisation a permis de traiter près de 2000 points.



En complément a été privilégié le travail coordonné  dans les ateliers territoriaux ouverts à tour de rôle. L’ensemble de l’arrondissement a donc été traité au moins une fois pendant la période.



La mise en place de « Patrouille propreté », qui consiste à une tournée trois fois par semaine a été dédiée totalement à la mission de signaler les points nécessitant une intervention.



On a d’ailleurs pu observer une évolution de la localisation et du type de salissures. Ainsi des quartiers très fréquentés comme Montparnasse, Beaugrenelle ou La Motte-Picquet ont nécessité beaucoup moins d’attention qu’en période normale. A l’inverse, toutes les zones de commerces alimentaires, des espaces verts non fermés au public ou des points de campement de SDF dont la présence sur la voie publique est perçue avec plus d’acuité par les habitants ont générées de nombreuses plaintes. Autre évolution du type de salissure, la quasi disparation des mégots.



L’ensemble des éboueurs ont pu effectuer leurs missions en toute sécurité dans la mesure où ils ont bénéficié des EPI et d’horaires aménagés. Malgré des mesures de protection très précises, 7 agents de la DT ont été atteints du COVID 19. Heureusement, tous sont guéris. Je me suis rendu à l’atelier Cauchy pour évoquer les missions avec les agents et aussi à Vitry avec les éboueurs de Pizzorno qui ont continué à collecter les ordures ménagères.



Toutes les sanisettes ont été fermées en raison d’un droit de retrait exercé par les salariés de J.C Decaux. Plusieurs ont pu rouvrir, accompagnées de l’implantation de toilettes de chantier à Sèvres Lecourbe et sous la dalle Beaugrennelle


 

 À compter du  11 mai :

  • Réouverture de 3 ateliers territoriaux (le 13 mai)

Semaine du 18 au 24 mai :

  • Réouverture de 2 ateliers de propreté
  • Augmentation des lavages mécaniques
  • Reprise des espaces tri (à partir du vendredi 22 mai)

Semaine du 25 mai : retour à la normale


La reprise de l’activité risque de se traduire par la multiplication des dépôts sur la voie publique.



L’objectif est de laver l’ensemble des rues de l’arrondissement au moins une fois d’ici la fin du mois.


                                                                          X


Après plus de 50 jours de confinement, la situation parisienne ne nous permet pas, à ce stade, d'envisager une reprise rapide de l'activité des clubs sportifs.


  

Seules les pratiques individualisées en extérieur seront permises, à condition qu'elles respectent les règles de distanciation sociale, et à l'exclusion de tous les sports collectifs ou de contact.


La Ville ne prendra aucun risque


Aucun équipement sportif ne sera accessible  jusqu’au début du mois de juin.  


Nous autoriserons cependant l'accès à certains Terrains d’Éducation Physique (TEP) de proximité qui permet la pratique individuelle dans le plus strict respect des gestes barrières, ainsi que l’accès aux agrès sur l’espace public.



Pour permettre d’alléger aussi bien la circulation automobile que le métro, la Ville souhaite créer une piste cyclable provisoire le long de la ligne 13. Nous sommes concernés par deux tronçons : rue de Sèvres par la suppression d’une des 2 files de circulation pour une piste bi-directionnelle provisoire étroite et Bd Pasteur, là aussi par la suppression d’une file de circulation pour décaler le couloir de bus et créer une piste provisoire.



Nous ne sommes pas favorables à ce dernier aménagement et proposons un autre itinéraire partant de la place de Catalogne par la rue du Commandant Mouchotte, la rue du Départ et le Boulevard du Montparnasse.



Comme nous nous interrogeons sur la pertinence de la mise à disposition de 3000 places de stationnement du Parc des Expositions pour un parking relais gratuit, de nature à attirer un flot de voitures supplémentaires dans ce secteur et de passagers du métro. Unibail n’aurait pas encore donné son accord.


Enfin, la RATP nous informe que l’interruption du trafic de la ligne 6 prévue cet été pour la réfection d’étanchéité était reportée, comme le déplacement du marché de Grenelle. En revanche, les travaux de peinture déjà engagés reprennent entre Dupleix et Passy.



Deuxièmement, le concept d’ »urbanisme tactique » d’aménagement de voirie provisoires post dé confinement pourrait amener la piétonisation – en fait assez fréquente – de la rue montante de la Place A. Chérioux ou bien une inversion de son sens de circulation de la rue Bausset à rue Blomet et la piétonisation de la rue du Commerce ou sa mise en tête bêche sur un ou deux tronçons. Nous ne sommes favorables  qu’à la piétonisation le week-end.



Ensuite, rue saint Charles, l’idée serait de ne garder qu’une seule file de circulation et/ou interdire la circulation les jours de marché du Rond point St Charles à la place Charles Michels ; rue Linois à l’intersection avec la rue Emeriau, il s’agirait d’imposer un temps de feu rouge « intégral », c’est-à-dire à 3 phases, dont une réservée exclusivement aux piétons et cyclistes ; sur l’axe Frémicourt/Zola, joignant le Réseau Express Vélo rive droite à la Défense on interdirait aux voitures de doubler les vélos grâce à un marquage sur la voie publique poussant la circulation sur le milieu de la chaussée, c’est le concept de la « rue cyclable » ; rue Desnouettes et peut être Olivier de Serres, les trottoirs seraient élargis au moins d’un côté par la pose d’équipements de voirie ; enfin rue de Vaugirard une piste cyclable à contre sens.



Tous ces projets étant à l’étude, nous en redébattrons évidemment.



Enfin, la SNCF nous informe d’un dispositif de sécurisation aux entrées de la gare Montparnasse de 7 h à 11 h et de 15 h 30 à 19 h 30 afin de s’assurer que l’ensemble des personnes souhaitant pénétrer en gare soit porteuse d’un masque. Pour faciliter sa mise en œuvre, le nombre d’entrée sera  limité (accès rue du Commandant Mouchotte, Bd de Vaugirard hall 2 et accès RATP si la station est ouverte) et les sorties se feraient par la place Raoul Dautry.


                                                                          X


                                                                        XXX



Je terminerai ce passage en revue des services par le dé confinement dans les crèches et la rentrée scolaire.





Sachez d’abord que 6 écoles et 2 crèches (plus les crèches hospitalières) ont continué à fonctionner durant tout le confinement pour accueillir les enfants des personnels soignants, policiers, pompiers, commerçants alimentaires, etc..  grâce à des personnels volontaires, que je remercie.


Le dé confinement ne permettra le 12 mai la réouverture que de 14 crèches municipales sur 24 ; seules 1 ou 2 crèches associatives (Montparnasse, Charles Lecocq) ouvriront le 12, d’autres entre le 18 et le 25.



322 enfants pourront y être accueillis sur une capacité de 1687 places, soit 18% seulement.



Nous essayons d’accroître ce nombre.



Les sections, de 10 enfants maximum, doivent être « étanches » avec une salle de change dédiée, l’objectif étant que de nouvelles sections ou de nouveaux établissements puissent ouvrir au fur et à mesure de la capacité des agents à revenir travailler, notamment avec le retour à l’école de leurs enfants.


A ce stade, seuls les crèches collectives, les jardins d’enfants et la halte-garderie ouvrent,  nous devrions, au fur et à mesure de l’ouverture des écoles et de la reprise des transports en commun, pouvoir ouvrir d’autres établissements et accueillir plus d’enfants.


La DFPE prévoit une reprise de l’accueil chez les assistantes maternelles de crèche familiale à compter du 18 mai, puis de l’accueil en halte-garderie.



Toutes les familles ont reçu  un sms et le lien vers la rubrique de paris.fr précisant les critères d’accès prioritaire, établis en accord avec la Préfecture d’Ile de France et la CAF de Paris :

  • les parents qui remplissent des missions indispensables
  • les parents contraints de reprendre une activité économique et ne pouvant télétravailler
  • les enfants en situation de handicap
  • les enfants en situation de fragilité sociale ou éducative

En priorisant le cas échéant parmi ces familles, les familles monoparentales ou les familles dont les deux membres du couple répondent aux critères.


Les familles qui ne peuvent bénéficier d’une place ne seront pas facturées et seront régulièrement informées de l’évolution des capacités d’accueil des crèches.


                                                                          X


                                                                        XXX



Depuis le début du confinement, une nouvelle organisation avait été adoptée pour assurer la continuité de l’enseignement public, avec comme priorité absolue la lutte contre la propagation du virus.



L’ensemble des établissements scolaires avait donc été fermé, à l’exception d’écoles de regroupements.



Ces établissements étaient les groupes scolaires Saint-Charles/Varet, Blomet/Volontaires, Lacordaire, ainsi que l’école Falguière le week-end, le collège Buffon, ainsi que les écoles privées Sainte Elisabeth, l’ENC Blomet, et Saint-Joseph.



Les écoles privées n’étant pas équipées par l’Éducation Nationale, la Mairie du 15ème a fourni du matériel de protection à la demande.



Les autres élèves ont pu bénéficier d’un enseignement à distance.



Si cette situation a permis d’assurer la continuité scolaire pour la plupart des élèves, elle a aussi abouti au décrochage d’un certain nombre d’enfants plus fragiles, environ une centaine.



C’est également pour cette raison que la Mairie du 15ème a fourni durant la crise une soixantaine de tablettes numériques à des associations de soutien scolaire.



À la demande de la Mairie de Paris, la rentrée effective des élèves a été décalée au jeudi 14 mai.



Seront d’abord accueillis les publics prioritaires définis par l’Éducation Nationale.



La priorité définie par le gouvernement a été l’accueil des niveaux Grande Section, CP et CM2.



Afin de maintenir un nombre maximum de 15 élèves par classe, ces élèves seront, si nécessaire, accueillis par roulement, probablement par tranches de 2 jours. Un enseignement à distance sera maintenu les autres jours.



Les enfants des personnels soignants et indispensables à la lutte contre le COVID-19 resteront naturellement accueillis, quant à eux à plein temps, de même que les enfants d’enseignants, d’agents de la Ville, des personnels nécessaires à la relance économique du pays. Leurs fratries seront également accueillies, quel que soit leur niveau.



Ont également été définis comme prioritaires les élèves en situation de décrochage, ou dont les familles sont en grande difficulté sociale et  les enfants en situation de handicap.





Dans un premier temps, le retour des élèves est conditionné au volontariat des familles. Selon les écoles, dans le 15ème ce taux varie de 11 à 68 %. L’information des familles sur l’accueil ou non de leurs enfants est très tardive puisqu’elle interviendrait demain mardi.



Lundi environ 50% des parents étaient demandeurs, davantage en élémentaire qu’en maternelle, 30 à 40% des élèves pourront être accueillis par 30% de personnel de personnel présent.



Les autres niveaux reprendront l’école progressivement à partir du 25 mai.



Les collèges et lycées resteront fermés tant que Paris restera en zone rouge.



La grande difficulté pour les 57 écoles publiques du 15ème a été de faire coïncider les personnels disponibles : enseignants, animateurs, et agents d’entretien et de soutien.



Un travail d’orfèvre a été nécessaire pour harmoniser les moyens humains selon les sites, en redéployant des personnels. J’ai également demandé à la Maire de Paris de renforcer les contrats des ATE et ASEM qui pouvaient faire davantage d’heures, ainsi que de procéder à des recrutements.



Finalement toutes les écoles pourront normalement être ouvertes.


 

J’en remercie les services de l’Éducation Nationale, la CASPE, la DASCO, la Caisse des Écoles, mon Adjointe Chantal Rolgen et Jean Baptiste Menguy.



Une jauge a aussi été définie pour chaque école, en tenant compte des personnels et des locaux.



Le protocole sanitaire est très strict. Un nettoyage complet de tous les espaces utilisés est prévu plusieurs fois par jour.



L’Éducation Nationale doit fournir des masques aux enseignants ; la Mairie de Paris livrera pour ses agents et la Caisse des écoles : des masques, blouses, gants et gel, ainsi que des produits d’entretien virocides.



Des tests de dépistage vont être réalisés pour les personnels de la Ville, de la Caisse des Écoles et pour les enfants volontaires (test école Emeriau)



La Ville de Paris s’efforce de constituer des classes de plus petite taille que le maximum de 15 défini par le Ministère, à savoir moins de 12 en élémentaire et moins de 10 en maternelle.



De nombreuses activités resteront impossibles et les contacts devront être réduits, ce qui pourra être difficile pour les enfants, surtout en maternelle.



Les activités physiques et artistiques organisées par les PVP devront aussi éviter les contacts physiques et les circulations d’objets.



Tous les intervenants extérieurs sont pour le moment suspendus, les Temps d’activité périscolaire état uniquement assurés par les animateurs.



Les Ateliers Bleus, Coup de Pouce/ALEM, et les cours municipaux d’adultes sont suspendus.



La gestion des flux et de la distanciation devant les écoles fait l’objet lorsque c’est nécessaire de marquages, réalisés en lien avec la CASPE. Certaines rues ont également été piétonnisées.



Les entrées, les sorties, ainsi que les récréations seront échelonnées.



La restauration scolaire sera reprise en charge dès le 14 mai par la Caisse des écoles. Le déjeuner se déroulera dans le réfectoire, en assurant si nécessaire plusieurs services et en occupant d’autres espaces, comme le préau.



La montée en puissance de la CDE sera progressive en fonction du retour des agents. Un pique-nique ou repas froid sera distribué les deux premières semaines, un retour à la normale étant espéré pour la 3ème semaine. Des discussions sont en cours avec la Mairie de Paris pour que la facturation reflète ce mode dégradé.



L’objectif partagé par tous reste un dé confinement de l’école dans les meilleures conditions, à l’écoute des familles mais tenant compte des réalités de terrain, avec comme priorité absolue la sécurité sanitaire.



                                                                          X


                                                                        XXX



Quant à l’organisation de notre système de santé centrée sur un État omniprésent et en même temps impotent, bien que d’un coût bien supérieur à la moyenne européenne, entravée dans ses normes et se rigidités, hyper centralisée et technocratique et si peu apte à faire collaborer hôpital public, hôpital public et médecine de ville, d’ailleurs largement délaissée, sans l’abnégation, la disponibilité et la réactivité des personnels soignants il n’aurait pu faire face.


                                                                          X


                                                                        XXX



Mes chers collègues, l’étape du 11 mai nous amènera juste à vivre, non pas après le virus, mais avec le virus.



Il nous faut donc désormais apprendre à vivre avec et à nous en protéger, car le risque d’une seconde vague est un risque sérieux.




Il va nous falloir maîtriser son rythme de circulation. Il est donc impératif que chacun adopte les comportements permettant d’éviter la contamination, comme de mettre en œuvre le triptyque recommandé par le Gouvernement : Protéger- Tester – Isoler -, afin de casser les chaines de transmission.



Chacun est ainsi placé face à sa responsabilité individuelle et la conscience qu’il a de ses devoirs à l’égard des autres.



La phase suivante pourra alors débuter le 2 juin jusqu’à l’été.



Il s’agit de gravir une marche toutes les 3 semaines en fonction du résultat des décisions prises et du comportement de nos concitoyens.



Jamais dans l’histoire de notre pays nous n’avons connu une telle situation.



Aucune mesure ne permettra d’endiguer cette épidémie si la chaine virale n’est pas remplacée par une chaine de solidarité.



À partir du 11 mai, le succès reposera sur le civisme et la discipline des Français.



Notre avenir, celui de nos enfants, celui de la France en dépend !



Bon courage à tous !


Philippe Goujon, Maire du 15e


          
Dernière mise à jour le vendredi 15 mai 2020

Restez connecté

Lettre d'information

Pour suivre l’actualité de votre arrondissement, inscrivez-vous à la newsletter !

Je m'abonne

Paris j'écoute

11h5712h56
@roualloche
@Parisjecoute Comment peut-on accéder au plan de déplacement de Paris ?
@Parisjecoute

@rouallo Bonjour, vous le trouverez ici : http://ow.ly/4mIVUC Bonne journée !

17h1916h39
@mlauribault
@Paris Où se situent les nouveaux espaces verts ? Merci.
@Parisjecoute

@mlauribault Bonjour, Vous trouverez tous les détails sur les nouveaux espaces verts ici : http://ow.ly/10Ctk8 Bonne journée.

14h814h53
@Djackbroute
@Parisjecoute Bjr, ou est-il possible d'avoir des données concernant l'estimat° du trafic routier à long terme dans certaines rues de Paris?
@Parisjecoute

@Djackbroute Bonjour, il est possible que cette page du site de la Préfecture réponde à votre demande : http://ow.ly/10C9PR

10h5713h1
@nicostewz
@Paris Bonjour, savez-vous si l'affiche de l'inauguration de la Canopée est dispo qqe part?
@Parisjecoute

@nicostewz Bonjour, il n'y en a malheureusement plus. Bonne journée ! cc @Paris